• 04 72 71 63 63

Actualités

Edito : Simplification ou pollution ?

Quant aux départs en retraite anticipés pour cause de pénibilité, ceux qui y ont pensé n'ont pas dû entendre parler du problème du financement des retraites. Et puis, franchement, alors que près de 3,5millions de personnes sont privées de travail, la pénibilité n'est peut-être pas d'actualité.
Cette loi méprise la réalité. Qui va embaucher dans cette instabilité juridique ?
Nous nous attendons aussi au pire avec la loi sur le dialogue social et je crains que nous ayons raison. Que se passe-t-il dans la tête de nos gouvernants et de nos députés pour qu'ils veuillent implanter des syndicats dans les entreprises de moins de 11 salariés ?
Ce que l'on casse avec cette loi, c'est la relation humaine entre l'employeur et ses salariés. Cela fonctionnait sans doute trop bien. Et voilà qu'un représentant syndical extérieur pourra s'inviter dans cette relation ! Les plus acharnés entendent laisser à ces commissions paritaires régionales la faculté d'entrer dans les locaux de nos entreprises.
Cette loi s'annonce comme un concentré de démagogie et de technocratie. Elle n'a aucune finalité économique. Elle doit seulement faire illusion, laisser croire que s'en prendre aux entreprises, c'est faire du « social ».

À quoi bon réduire les charges sociales quand on voit toutes ces entraves à l'embauche ?
Les discours sur les mérites de l'entreprise restent des discours. Dans la réalité, nous devons toujours être sur le qui-vive.
Mon ambition est de créer une grande force de frappe en regroupant toutes les organisations professionnelles derrière l'UMIH. Ce projet est bien avancé. Les présidents de la CPIH, du SNRTC et du SNEG & Co expriment d'ailleurs leur démarche dans les pages suivantes. Je mesure chaque jour combien cette union est nécessaire pour faire efficacement obstacle à tant de lois contre la liberté d'entreprendre.

Roland Héguy
Président confédéral de l'UMIH

Toutes les actualités